samedi 15 avril 2017

Une vraie, une dure, une tatouée (bis)


Et donc je me suis fait faire un tatouage.


J'en avais déjà fait un pour mes 20 ans, en 2008 donc (bouhou je suis si vieille) – un petit phénix sur l'épaule gauche. Et je l'adore toujours malgré le temps qui l'a délavé, et malgré le fait que PAS UNE SEULE PERSONNE EN NEUF ANS n'a réussi à comprendre ce que c'était:

- Oh c'est joli ce tatouage! C'est une...grenouille?

- Mais non Sylvie, tu vois bien que c'est un lézard!
- Ah? Moi je croyais que c'était une tortue.
- Peut-être une salamandre?




(Franchement, presque.)

Et depuis pas mal de temps, je voulais me faire un deuxième tatouage (et, si possible, moins cryptique). J'avais comme projet de me faire un tatouage à thème "Nouvelle-Zélande", comme en plus c'est le pays du moko, mais je l’avais repoussé maintes fois, d’abord faute d’argent, et ensuite parce que mon corps a décidé que ce serait fun de me faire cosplayer Michael Jackson (comme si j’étais pas déjà assez blanche comme un cul) et donc je me suis mise à faire du vitiligo dans tous les sens.

(Pour rappel, le vitiligo, c’est quand des morceaux de ta peau perdent leur mélanine – en gros, t’as des taches albinos qui apparaissent un peu à la n’imp nawak sur ton corps.)

Et le vitiligo, c’est pas dangereux ni douloureux, c’est juste pas gégé niveau esthétique. Parce qu’on n’a pas tous des taches symétriques qui ont l’air hyper classe :



(On n’est pas tous non plus des mannequins ultra bonnasses, mais c’est une autre histoire.)

Apres, j’habite dans le pays du non-jugement depuis quelques années, donc ça fait longtemps que j’ai fini de m’en battre les couilles de mon apparence (cf. mes excursions au supermarché en short-pyjama, tongs et pull troué) (et encore, j’ai pas osé les pieds nus). Mais le dermato m’avait déconseillé les tatouages, rapport au fait que le vitiligo kiffe se fixer sur le tissu cicatriciel – tissu qui se créé quand on se blesse...ou qu’on se fait faire un tatouage.

Du coup, pendant deux ans, j’ai fait super attention à ma peau. J’évitais le soleil, je couvrais la moindre croûte de pommade cicatrisante, et j’avais laissé tomber l’idée du tatouage.

Sauf qu’entre-temps, j’ai quand même eu du vitiligo qui m’a poussé sur le corps comme des champignons albinos (en mode une égratignure = une tache) alors au bout d’un moment j’ai dit fuck it.

Et comme en plus on avait décidé de rentrer en France et que je voulais un souvenir de mon pays d’accueil, j’ai mis les hésitations au placard, et j’ai googlé « Bon studio de tatouage à Auckland, genre pas ceux qui t'inoculent la rage merci ».

Et c’est comme ça que je suis arrivée sur le site de Sunset Tattoo, et que je suis tombée amoureuse des designs de Tristan Marler.






(J’veux dire, voilà quoi.)

J’avais déjà une vague idée de design, qui était de me faire tatouer un kauri, parce que c’est mon arbre préféré en Nouvelle-Zélande et dans mon top 5 de mes arbres préférés au monde.

Anecdote : quand j’ai parlé de mon idée à mes amis néo-zélandais, tout le monde m’a fait la remarque :

- Mais QUI a des arbres préférés ?


Et j’ai envie de répondre : qui n’a PAS d’arbres préférés ?


Moi j’ai un classement top 10 de toutes les choses au monde que j’aime, et ça inclut les saveurs de chips, les accents de la langue anglaise, les chansons de Pink Floyd, les sauces pour pâtes, les groupes de power metal, les épisodes de Game of Thrones, ET LES ARBRES.


(Pour les curieux, la liste complète est 1. Saule pleureur, 2. Marronnier, 3. Bouleau, 4. Sapin, 5. Kauri, 6. Peuplier, 7. Frêne, 8. Pohutukawa, 9. Platane et 10. Hêtre.)

Bref bref.

Du coup, je suis allée voir Tristan pour une consultation, qui s’est passée à peu près comme ça :

- Alors, qu’est-ce que tu voudrais comme tatouage ?

- Je voudrais un kauri.
- Non. Autre chose ?



J’étais un poil déçue, mais ensuite le mec m’a expliqué que les arbres c’était pas un design recommandé, puisque de 1. Il fallait les faire très grands pour que ça rende bien au niveau des détails, et que de 2. Même grands, au bout de quelques années, les contours des branches/feuilles allaient s’estomper et se rentrer dedans, et ça deviendrait flou et moche.

Du coup, comme j'avais quand même envie d'un tatouage qui resterait joli plus de deux ans (d'autant que je prévoyais de le faire sur le bras, qui est quand même une partie du corps plutôt visible) j'ai décidé de faire plus large dans l'idée "souvenir de Nouvelle-Zélande" et de me faire tatouer un paysage néo-zélandais.

J'ai donc dit à Tristan:

- Alors il faut qu'il y ait au minimum un volcan et une cascade.

- Pas de soucis.
- Et aussi le bush, et un lac.
- Heu...
- Oh! Et un long nuage blanc. 
- Oookay.
- Mais je veux pas que ça soit trop grand, hein.

Et tu sais quoi? Il l'a fait.


Je suis retournée au studio deux semaines plus tard, et il avait un design tout prêt avec exactement ce que j'avais demandé, et même un peu plus ("j'ai rajouté des roches volcaniques, c'était classe").

Par contre, le design initial était un peu grand (du coude à l'épaule) et j'avoue que ça avait l'air super badass mais j'étais pas prête émotionnellement à devenir une nana qui a un-demi bras tatoué. Dans ma tête, ça impliquait trop de jeans troués et de bottes de motard pour avoir l'air raccord, et même si c'est un look que j'adore, dans la vraie vie de tous les jours j'ai un travail où le code vestimentaire est plutôt genre "jupe tailleur et petits souliers vernis", c'est pas le même délire, on en conviendra.

Du coup, on a raccourci un peu le truc, et on l'a fait partir d'un chouïa plus bas, histoire de couvrir la tache de vitiligo sur mon coude.



(Puisque, comme je savais toujours pas si le tatouage n'allait pas créer PLUS de vitiligo, je me suis dit "autant commencer par un endroit déjà affecté".)

C'est donc le coeur plein d'entrain et l'estomac plein de pancakes que je me suis rendue au studio de bon matin (10h) (ben oui mais le week-end c'est de bon matin je trouve) le premier avril.

(La date aura son importance dans l'histoire plus tard.)

Je suis arrivée et j'avais même pas eu le temps de dire bonjour qu'on m'avait déjà chopé le bras et rasée sur toute la longueur.


(MAIS?)

Enfin je sais qu'il y a des petits poils, mais si on m'avait prévenu à l'avance, je les aurai épilés!

(Maintenant ça va repousser tout dru et j'aurai des poils de barbe sur le bras, PAS MERCI.)

Et puis Tristan m'a collé le pochoir sur le bras, je suis allée l'admirer dans le miroir pour valider l'emplacement, et puis il m'a dit "installe-toi confortablement", il m'a fait une clé de bras, et il m'a charcutée sans un mot pendant trois heures.

(Je me rappelle avoir pensé au bout d'une heure que c'était quand même bien dommage d'avoir oublié de prendre mon walkman.)

Je m'attendais à souffrir sérieusement, mais au final, c'est de l'ennui que j'ai surtout souffert – ma position (allongée sur le ventre avec le bras retourné le long du corps) rendait la chose plus inconfortable que douloureuse.

Bref, ça faisait deux heures que j'étais sur le billard, et j'étais en train de me dire que woh, eh, Charlotte, franchement tu gères ça comme un guerrier barbare, même pas mal ni rien, du sang de Viking coule dans tes veines ma championne.


Et là, on est passés sur le coude.




Je dois avouer que j'ai quand même un peu morflé la dernière heure – pas de la douleur insoutenable, mais Tristan devait quand même me plaquer le bras le long du corps pour pas que je tressaille. 

(En gros, c'était pas de la douleur à crier ta mère, mais c'était de la douleur à gémir très doucement "Pourquoiiiii? Pourquoi tant de cruautééééé?")

Au bout de trois heures, j'ai enfin eu le droit de me dégager de la clé de bras, de m'asseoir et de boire un verre d'eau, puis d'aller admirer très vite le résultat final avant que Tristan ne m'enroule le bras dans du cellophane.

Le résultat final était un peu rouge (et un peu saignant vers le coude, qui avait pas mal morflé) mais tout de même MAGNIFAÎQUE:


(Vise un peu!)

J'avais dit à personne dans ma famille que j'allais me faire faire un tatouage, vu qu'ils sont plutôt hostiles à ce genre de trucs (surtout quand c'est sur une partie du corps exposée aux regards) et que j'avais surtout pas envie de me taper le laïus que je sentais venir du côté maternel:

- Mais Charlotte, pense au vitiligo, bla bla bla complètement inconsciente, bla bla bla et pour trouver un travail respectable, bla bla bla et tu sais j'ai lu qu'on peut attraper le sida, etc.


Donc, comme ils étaient tous à l'autre bout du monde, je me suis dit que je les mettrai juste devant le fait accompli, comme ça ce sera trop tard pour dire que c'était une mauvaise idée.

Là où j'ai beaucoup rigolé, c'est que, comme je te l'ai dit plus haut, je me suis fait faire le tatouage le premier avril – détail qui m'avait échappé sur le coup, mais qui a donné sans que je le veuille le meilleur poisson d'avril que j'aie jamais fait:

- Alors quoi de neuf chez vous?

- Eh bien en fait, aujourd'hui, je suis allée me faire tatouer!
- Ha ha! Poisson d'avril!
- Hein? Non non, sérieusement.
- Elle est bien bonne celle-là!
- Non, mais regarde, je te montre à la webcam.
- Dis donc, c'est bien fait, on dirait presque un vrai!

Les têtes de ma famille au moment où ils ont réalisé que c'était pas une blague, c'était magique.




(Un peu comme ça.)

Ce qui était moins magique, c'était la réaction de ma mère:

- Bon maman, je sais que tu n'approuves pas, mais je me suis fait faire un tatouage...

- Non! Charlotte! Mais le vitiligo....
- Mais ça va, maman, ça fait une semaine et il n'y a aucune trace....
- Mais le dermato avait bien dit que c'était une mauvaise idée! C'est complètement inconscient! Et sur le bras en plus! Comment tu vas faire pour trouver un travail respectable?
- Eh ben je mettrai un pull, écoute maintenant c'est fait...
- Tu sais que j'ai lu qu'on pouvait attraper l'hépatite B dans les salons de tatouage?

(Bon, mes prédictions étaient justes à 90%.)

Et, si l'enthousiasme de ma famille était, disons, plutôt tiède, mes amis et mes collègues de bureau ont bien rattrapé le coup, à coups de "ouaaah trop canon meuf!" et "j'adore ce design, il est si beau" et "han t'es si courageuse, ça a dû faire tellement mal!"



(Moi arrivant au boulot toute la première semaine.)

Niveau soins post-tatouage, c'était plutôt minimal, j'avais juste une crème cicatrisante à étaler sur la surface de la peau trois fois par jour, et l'interdiction formelle de gratter ou de frotter les croûtes.

Ce qui était plutôt facile les 3-4 premiers jours, sauf qu'ensuite la cicatrisation s'est vraiment mis en marche, et là, CA DÉMANGEAIT, t'imagines même pas.

C'était d'autant plus horrible que:

1. J'ai aucun self-control et je me gratte toujours comme un chien avec ses puces (croûtes, piqûres de moustiques, je les gratte systématiquement jusqu'au sang)

2. Le tatouage est sur mon bras, AKA l'endroit super facile d'accès pour se gratter.

Vers la fin de la première semaine, ça démangeait tellement, et j'avais tellement peur de gratter le tatouage dans mon sommeil, que, je l'avoue, j'ai dormi quelques nuits avec une chaussette sur la main gauche.


(Glamour total.)

Mais au final, ça valait totalement le coup, puisque de 1. aucune trace de vitiligo (YES) et de 2. mon tatouage est enfin cicatrisé, et il est aussi beau que dans mes rêves:



On a donc, de bas en haut: un lac, une cascade, le bush d'un côté et des roches volcaniques de l'autre, un volcan en haut, et le long nuage blanc pour la symbolique.

(Le nom originel de la Nouvelle-Zélande est Aotearoa, "le pays du long nuage blanc" – ao = nuage, tea = clair et roa = long).

Morale de l'histoire: je suis très contente de mon tatouage, qui a l'air super cool, et ça fait plaisir d'avoir enfin un tatouage où les gens arrivent à dire ce que ça représente – même si, là encore, y'a des accrocs:

- Oh il est joli ton tatouage Charlotte! Ça représente quoi?
- La Nouvelle-Zélande.
- Ah bon? Mais c'est juste un paysage, ça représente rien! 
- ....
- Non, si tu voulais vraiment représenter la Nouvelle-Zélande, t'aurais dû faire un kiwi, ou une fougère.

OU J'AURAIS PU FAIRE UN BURGER A L'AVOCAT EN TRAIN DE SE FAIRE SODOMISER PAR UN MOUTON, MAIS EST-CE QUE CA T'AURAIT EMPÊCHÉ D'OUVRIR TA GRANDE GUEULE KAREN?

(Non, je crois pas, non.)


Question de fin d'article (ça m'intéresse): est-ce que tu as des tatouages? Si oui, pourquoi et que représentent-ils?

10 commentaires:

  1. Très joli tatouage, j'adore le style de cet artiste ! Je compatis pour la position hyper inconfortable quand on se fait tatouer l'arrière du bras, c'est assez atroce. C'est parfait comme symbole de la Nouvelle-Zélande, tant pis si tout le monde ne capte pas au premier coup, l'important c'est la signification pour toi :)

    Moi j'en ai deux, un sur chaque avant-bras. A gauche une réinterprétation de la tour de Babel en style gothique au lieu d'antique, avec des flèches de cathédrale, un dôme, une rosace, des nuages et même la silhouette de la cathédrale de Strasbourg en arrière-plan. Je suis traducteur et amoureux des langues étrangères, le symbolisme va donc de soi ^^
    Sur l'avant-bras droit, j'ai une représentation de Nidhogg, le dragon qui dans la mythologie scandinave ronge les racines de l'arbre-monde Yggdrasil. Un dragon de style très serpentin, entouré de racines et avec un traitement en pointillé au bas et en brush en haut pour un aspect très graphique, plus quelques touches de couleur pour suggérer un environnement végétal et terreux.

    Je suis très content des deux et j'en ai plein d'autres en projet ! Le prochain sera sans doute un vitrail représentant saint Jérôme (le saint patron des traducteurs) sur le haut du bras gauche (je suis athée jusqu'au bout des ongles, mais j'adore l'imagerie religieuse). Par opposition à ce côté très "humain" et "construit", j'aimerais continuer à droite dans l'esprit nature et végétal, par peut-être une forêt ou une créature sylvestre (genre un leshen de The Witcher 3), et sur l'épaule des branches. Symboliquement, tout le bras droit représenterait Yggdrasil avec les racines en bas (et le dragon), le tronc au milieu et la cime en haut.

    Sinon après j'aimerais une proue de navire vue de face et fendant les eaux, avec une figure de proue tirée de la trilogie "The Liveship Traders" de Robin Hobb. C'est les projets les plus aboutis dans ma tête, mais j'ai encore plein d'autres idées plus vagues, genre quelque chose représentant l'univers de Tolkien (évidemment), la légende arthurienne, mon Alsace adorée, etc.

    Voilà j'ai raconté ma vie, j'espère que ton tatouage vieillira bien et que ce vitiligo ne viendra pas le perturber ! Et si tu en veux d'autres une fois rentrée au pays, je recommande chaudement le salon Contraseptik à Strasbourg :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouah ils ont l'air super cool tes tatouages! Et je vois qu'on a pas mal de centres d'intérêt en commun :) (nerd power!)

      Supprimer
    2. Haha merci, c'est clair, depuis le temps que je suis ton blog, je m'en étais rendu compte ^^

      Supprimer
  2. Il est trop classe ton tatouage Pani-Charlotte ! :)

    RépondreSupprimer
  3. Vraiment top ton tatouage, je trouve que le tatoueur à vraiment su marier tout les éléments que tu souhaitais avoir! C'est un travail réussi! :)

    J'ai deux tatouages (dont un que je viens de faire!)^^
    Si je les aient fait c'est que je suis passionnée de tatouages depuis ma plus tendre enfance et que c'est un moyen de pouvoir marquer un certain événement/moment important de la vie tout en ayant un côté très artistique.

    Le premier que j'ai fait est la date de naissance, en chiffre romain, de mon arrière grand-mère sur ma côte gauche; Je voulais lui rendre hommage parce que c'était une femme que j'admire beaucoup de pars sa force de caractère/ son courage et le fait qu'elle ne jugeait personne et prenais les gens comme ils sont, elle faisait toujours preuve d'une grande générosité et de beaucoup d'humour (une sorte d'exemple à suivre pour moi) :3

    Le deuxième est une citation que j'ai entendu dans un épisode d'Esprits Criminels et qui m'as marquée; je l'ai faite sur mon omoplate droite, en anglais.C'est "Our scars remind us where we've been, they don't have to dictate where we're going"
    J'ai voulu le faire car elle me rappelle qu'il faut avancer sans laisser notre passé nous bloquer et que malgré ce qu'on à pu vivre cela ne doit pas nous empêcher de devenir ce que l'on souhaite/faire ce que l'on veut :)

    J'ai encore beaucoup de projet tattoo mais qui serais certainement beaucoup plus léger en terme de signification! Comme des roses par exemple et encore d'autres plantes/choses en rapport avec la nature :3
    Néanmoins je me freine car étant en école d'infirmière les tatouages ne sont pas forcément bien vu (une manchette serait mal venu)! :P

    Désolée pour la longueur du commentaire ! :')

    PS: je compatis pour les démangeaisons, une horreur :')
    Bisous bisous de France!:D
    -Alizée


    RépondreSupprimer
  4. Pas une grande fan de tatouages (ou alors, que des petits), mais le tien est super cool :)

    RépondreSupprimer
  5. Un super choix ! Il est vraiment réussi, le graphisme utilisé rend ce tatouage tout à fait spécial :) J'avoue que j'avais déjà réfléchi à la question du tatouage, et ma première idée ce serait un arbre. Du coup je viens de découvrir que ce n'est pas le meilleur thème...je voulais Yggdrasil dans le dos ou sur tout le bras (même si je ne sauterais très certainement jamais le pas ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil, je voulais aussi une version d'Yggdrasil (mais avec un pohutukawa au lieu d'un frêne ^^)

      Supprimer
  6. Ton tatouage est superbe !

    J'aime beaucoup les tatouages mais seulement si ils sont beaux et vraiment réussis. Et seulement sur les autres aussi ^^. Je ne peux m'empêcher de penser à la vieillesse et sa peau flasque et à la couleur qui passe. Et il y a aussi la méga réplique de Magnéto qui est également la seule chose réussie dans X-Men l'Affrontement Final. Mais le tien est très réussi !

    En revanche, j'ai un gros problème. Comment peut-on avoir le bouleau dans sa liste d'arbres préférés ? Le bouleau ! Passe encore le frêne et le hêtre mais le bouleau... Non, je ne peux pas le croire, surtout aussi haut dans le classement. Et puis, le sapin plutôt que l'épicéa ? Et une liste sans pommier, sans robinier faux acacia et sans eucalyptus arc-en-ciel ? Franchement, je suis déçue.

    Mais bon, nobody's perfect !^^

    L.E.

    RépondreSupprimer