lundi 13 septembre 2010

We're coming to get you, Barbara

 (Je vais la mettre en faire-part pour le mariage)

Cette année, je suis allée à la zombie walk avec Professeur Flaxou et Chloé. Comme toutes les années. (depuis l'an dernier quoi, mais bon je sens une tradition en formation là.) (C'est pas avec Chloé que j'y vais  toutes les années, c'est juste pour la zombie walk, tu suis?)

Et comme toutes les années (re-tradition) c'était complètement à l'arrache, après avoir remarqué une affiche dans un bar lors de l'anniversaire d'Adèle.

D'ailleurs, je tiens à remercier les organisateurs de toujours s'arranger pour organiser la zombie walk juste avant mon anniversaire, pour moi, c'est comme un cadeau géant de la part de la ville de Strasbourg. (Non non ça n'a rien à voir avec le festival du film fantastique qui se tient au même moment, laisse-moi être la reine de mon petit monde.)

Donc cette année, comme l'an dernier, on a fait le tour du centre ville en traînant les pieds (mes baskets sont foutues), on a fait peur aux gosses dans les poussettes, on a enfermé des gens (volontaires) dans des cabines téléphoniques, on a a tapé sur les trams qui passaient en faisant "Houuuuu", et ensuite on est allés à la Fnac voir tous les zombies qui lisaient des mangas et rigoler.

C'était très rigolo et très bon enfant. Sauf pour un truc.

Ce truc c'était une fille. Elle avait rien compris à la vie, je crois. 

- Ouais, la zombie walk quoi! Trop fort! Ouh je m'amuse comme une petite folle! Dis tu trouves pas que c'est marrant? La la la la! Je parle très fort d'une voix qui fait grincer les dents des gens! Eh il fait chaud hein? Après moi j'irais bien boire en verre à la taverne, ah ah ah ah.
Elle rigolait toute seule à des phrases qui étaient même pas des vannes, on aurait qu'elle avait pris trois ecstasy. Et puis comme ça, elle a, eu l'idée de génie, la mine de vannes à faire à la zombie walk : elle s'est mise à marcher le poing dressé en criant des trucs fulgurants d'humour:

- So-li-darité avec les zombies homosexuels!
- Oui, mais en fait...
- So-li-darité avec les prostituées zombies!
- Oui, c'était déjà pas super marrant la première fois mais...
- Plus-de-reconnaissance-pour les zombies sans papiers!

Ou alors elle avait passé trop de temps à Marc Bloch, et du coup, quand elle voyait des gens marcher en groupe, elle croyait automatiquement que c'était une manif. Parce qu'à un moment, elle a un peu dérapé:

- Eric Woerth, si tu savais, ta réforme où on s'la met!

Y'avait même pas "zombie" dedans. Je crois qu'elle avait pas bien compris le principe d'une manifestation CULTURELLE.

- Nan mais c'est trop la métaphore de l'instinct grégaire auquel nous pousse la société, j'adhère totalement! Oh oh c'est vraiment trop fun! La la la je sais pas pourquoi j'ai envie de chanter, t'as pas envie de chanter des fois? La la la! So-li-darité avec les zombies Roms! Ah ah ah je l'avais pas encore faite celle-ci!

Des fois, y'a des gens qu'il faudrait étrangler juste par mesure de protection sociale.

- Chut!
- ?
- T'entends?
- Quoi?
- T'entends comme c'est bon quand tu fermes ta gueule?

Malheureusement, elle entendait pas.

Elle était même décalée au niveau des cris. De temps en temps, les organisateurs nous demandaient de pousser des cris. Alors tout le monde faisait "Huuuuu" ou "Houaaaaargh" d'une manière monotone et menaçante. Et au milieu t'avais Josette, qui faisait des cris de fille qui prend les manèges d'Europa-Park:

- Waïïïïï !!!! Waouuuuuh !! Dis donc qu'est-ce qu'on s'amuse sur le Silverstar!

C'était juste un peu pénible.

- Allez les zombies, faites-nous entendre vos cris!
- Waïïïïïïï !!! De quoi? Non non, je me crois pas sur un manège, c'est juste que j'essaye de voir si je peux monter dans les aigus qui vous feraient saigner des tympans.Waïïïïïïï !!! Des fois je casse des verres en cristal, ou des fois des parpaings aussi. Un jour j'ai fait un récital de chant, ma grand-mère est morte, j'ai pas compris pourquoi. 

Moi, j'ai compris.

(L'année prochaine, je la bouffe.)

1 commentaire:

  1. héhé trop drôle je me suis retoruvée en plein centre ville pendant le zombie walk. Effet collatéral, je passais mon temps à scruter les gens un peu pâlots mais en fait, non, ils avaient juste un teint de bidet. (pas besoin de scruter les vrais zombies, le sang c'est voyant.)

    RépondreSupprimer