samedi 17 avril 2010

Charlotte aime les culottes (et les carottes, et les marmottes, et les compotes)



Je me suis dit que c'était bien pour mes statistiques de mettre "culotte" souvent dans mon blog. Comme ça n'importe quel pervers du net, hop il arrive chez moi. Le raisonnement génial : tout le monde sait que les pervers du net adorent les blogs à teneur autobiographique d'un humour incisif et cinglant (je me jette des fleurs au passage sinon personne d'autre va le faire).

Mais bon, si je veux attirer un maximum de gens du côté clair de la force (c'est celui qui semble le plus enclin à accepter les gens de petite stature) il va falloir que je mette le paquet. D'où cet article traitant uniquement de sous-vêtements féminins (merci Sarah pour l'idée, t'es un génie).

Alors d'abord je vais partager ma vie privée d'une manière totalement arbitraire avec des inconnus (eh on est sur un blog quand même) et je vais vous dire comme ça, à froid : j'ai jamais mis de string de ma vie.

(Révélation Paris-Match, la foule est en délire.)

Tu me diras, ça aurait pu être pire, j'aurais pu partager des informations dans le même style que certains de mes amis Facebook : c'est-à-dire j'écris TOUT ce qui m'arrive. "Charlotte a un nouveau grain de beauté sur le bras droit." "Charlotte va voir le dermatologue aujourd'hui : aïe aïe aïe ! Lol." "Charlotte a un cancer de la peau. Qui veut m'accompagner en chimio? XD". Vous voyez le genre.

(Mes préférés c'est ceux qui veulent régler leur compte mais qui ont peur de s'en manger plein la gueule, alors ils écrivent "certaines personnes" tout en parlant d'une situation tellement précise que c'est impossible de ne pas voir de qui ça parle. Exemple : "Certaines personnes feraient mieux de se regarder dans un miroir avant de me dire que j'ai un gros cul, hier après-midi à 14h35 au Super U route de Rouffach rayon charcuterie!". Nan mais vas-y tu peux écrire que c'est Germaine Pichon ou Ginette de Volgelsheim, on a tous compris. Couille molle.)

Bon, assez de digressions, revenons aux strings, c'est pas de disserter sur Facebook qui va optimiser mes recherches Google.

Donc oui, j'ai jamais mis de string. Alors que j'ai 21 ans. Tu rends compte ? J'ai déjà dix ans de retard !

Mais j'y peux rien, ça m'a jamais attiré. Déjà parce que, personnellement, mes fesses ne sont pas ma partie préférée de mon anatomie. Ma partie préférée c'est mes dents, elles sont trop magnifiques, je pourrais faire des affiches comme chez le dentiste avec les produits qui te blanchissent la denture (mais la partie "après", hein. Je me demande où ils pêchent les modèles pour faire la partie "avant". Pouah.)

Je digresse encore. Concentre-toi, bordel, pense aux statistiques !

Donc oui, parlons de mes fesses (là je me sens vraiment blogueuse hardcore).

Je les trouve déjà pas super sexy de base, alors si en plus je dois les balader à l'air libre toute la journée, merci bien. En plus il paraît que c'est sexy.  

Non mais mange-toi une ficelle dans le trou de balle toute la journée, on va voir si tu te sens sexy. Le string, encore une victime de fantasmes purement masculins (une manière de voir des fesses à l'air sans même déshabiller la madame).

Je les ferais bien de goûter à leur propre médecine : viens, épile-toi les jambes, connard, tu vas voir si c'est glamour quand tu passeras autour des chevilles et que tu pleureras ta mère. Va presser tes poils qui poussent sous la peau, c'est sexy hein ?  Comment ? Ça fait mal de t'arracher les sourcils ? Tu as des boutons après ton épilation du maillot ? Tes cheveux viennent se coller dans ton gloss ? Ah mais faut souffrir pour être belle, ma grande. (Et vlan. Fédération du poil libre. Je vais rejoindre les Chiennes de Garde.)

Et hop, on finit par une révélation pour bien accrocher les nouveaux lecteurs. (Vous allez craquer vos slips tellement fort que je vous conseille de les pré-déchirer à l'avance.)
J'ai donc dans mon tiroir à sous-vêtements des shortys, des culottes, des boxers Pirates des Caraïbes, des sloups piratés à Professeur Flaxou, mais zéro strings.

Professeur Flaxou, par contre, il en a un. (Son frère a des super idées cadeaux.) Voilà. Mon mec a plus de strings que moi.

(Vous pouvez à présent craquer vos slips et vous imaginer Professeur Flaxou en string. Quand à moi, dieu sait que j'essaye d'oublier cette vision. "Once you've seen it, you can't un-see it.")

4 commentaires:

  1. Ouais non je vais éviter la vision de bon matin, merci bien.

    J'en ai pas non plus mais pomme non plus alors il en a pas plus que moi.

    Mais par contre la dernière fois j'étais à Thermapolis et dans le réglement c'est écrit "pour les messieurs, les strings de bain sont interdits". Et bon, déjà, un string de bain, c'est pourri, un string pour messieurs ça donne envie de pleurer, mais les deux ensemble à Thermapolis, où les gens sont dans les couloirs la moitié du temps, c'est carrément flipogène.

    RépondreSupprimer
  2. Ta stratégie a l'air de marcher d'enfer. Le nombre de "épouse-moi" a grimpé d'un coup. Tu peux espérer que ce soit les pervers, qui sont tombés sous le charme.

    RépondreSupprimer
  3. je te reconnais bien là à placer une réflexion féministe sur l'épilation !!!!!!!!!!! :p
    miss you

    RépondreSupprimer