jeudi 9 avril 2009

It's the end of the world as we know it







J'ai cinq dossiers à rendre dans deux semaines, et je le sais depuis trois jours.

J'ai trois examens la semaine prochaine, et je le sais depuis hier.

J'ai toujours pas de logement pour mon stage à Londres.

D'ailleurs mon stage à Londres commence le premier juin, et mes examens vont sans doute finir vers juillet. Et j'ai déjà mon bille d'avion, et il est méga-pas-remboursable.



Et tout ça c'est rien, tout ça je m'en fous, juste parce que tu t'en vas.

J'essaye de me dire que c'est pas un vrai départ, qu'on se verra le week-end, que c'est pas la fin du monde, et que de toute façons j'allais partir deux mois alors qu'est-ce que ça fait dans la balance, deux mois de plus ou de moins.

Sauf que j'aurais préféré deux mois de moins.

J'aurais préféré que tu restes avec moi dans ton coin tout noir de l'appart, à bouffer ma facture EDF avec ton ordinateur à cent milliards d'euros. J'aurais préféré que tu trouves pas de boulot, moi je suis riche, je t'entretiens toute la vie si tu veux, de toute façon tu manges que de la salade et des bonbons.

Maintenant tu t'en vas, et t'as pensé à moi ? A comment je vais survivre dans cette grande ville sans toi dedans ?

Comment je vais réussir à dormir la nuit si t'es pas là pour faire peur au fantôme de la salle de bains qui fait bouger le rideau de douche ?

Qui va passer la soirée à regarder des vieux épisodes de "Malcolm" avec moi en se moquant de mon pyjama ?

Qui va me faire rigoler en faisant "J'te mange le bras nom nom nom" alors que je ferais mieux d'aller bosser, mais je reste quand même parce que j'aime bien me faire manger le bras ?

Qui va venir avec moi au cinéma même quand il pleut, même quand c'est pas la fête du cinéma, même quand c'est pour voir des Miyazaki ?

Qui va me regarder avec un air de je t'aime dans les yeux en m'entendant dire :

- On mange équilibré cette semaine. Du moins moi. Je mangerai que de la soupe. Avec du pain. Et du fromage. Et des frites. Et de la quiche. Mais pas de Mac Do cette semaine. Bon, alors juste un, peut-être. Mais pas de pop-corn au cinéma. Oh finalement si, après tout j'ai mangé de la soupe.

Et qui va me regarder avec un air de je t'aime dans les yeux tout court, d'ailleurs ?

Qui va me supporter toutes les fois que j'écoute la même chanson en boucle, que je tourne sur ma chaise pivotante, ou bien que je te raconte tout le film qu'on vient de voir, alors que, bon, on vient de le voir :

- Et là il lève son bâton et il crie "YOU SHALL NOT PASS!" mais il l'agrippe avec son fouet, et il tombe, mais moi je sais qu'il meurt pas en vrai mais c'est quand même triste, et puis, ils pleurent, et ensuite ils sont dans la forêt, ils montent des marches, et, et, et, ils mangent du pain !

Qui va m'apprendre à jouer au squash, qui en fait n'est pas un sport pour les cadres supérieurs américains quinquagénnaires (oui, j'ai été surprise aussi) alors que je viens de m'acheter une raquette et que je commençais toute juste à savoir faire rebondir la balle ?

Qui va faire ma vaisselle, et passer au supermarché juste pour m'acheter du sirop de citron et du fromage ?

Et si y'a vraiment une apocalypse de zombies et que t'es pas là, t'y as pensé à ça ? Notre plan de survie il était basé sur nous deux, tu prends le pied de la table et je prends le pied de la biche, et on fonce jusqu'à la base militaire en dégommant le plus possible. Seulement la base militaire elle est à deux kilomètres trois cent (j'ai compté). Comment je vais y arriver toute seule, avec mon vélo qui fait ratacatatatarata quand je passe sur les pavés, sans tous les rameuter ? T'y as pensé à ça ?

Non, évidemment. T'as juste pensé que ce serait chouette d'arrêter de glander devant l'ordi en slip toute la journée, et faire un travail sympa, et de gagner des tonnes de thunes pour m'acheter des tonnes de cadeaux (si).

T'as oublié de penser que Strasbourg, d'abord, sans Sarah et Florent, c'était vachement moins marrant. Et puis sans les cours, c'était moins utile.

Mais sans ton sac vautré dans un coin, sans ton déo-qui-sent-l'homme-le-vrai sur l'étagère de la salle de bains, sans ton oreiller que je te pique la nuit dès que tu fais pas gaffe, sans tes cartons sur mon balcon,

et sans toi pour m'empêcher de tomber dans le creux du lit, pour accepter toutes mes idées folles genre "viens on va à la frontière allemande le jour de l'OTAN juste pour voir si on se fait gazer aux lacrymos", pour me serrer dans tes bras les jours où j'ai envie de tuer plein de monde juste comme ça, pour faire la bagarre avec moi et mettre des plumes d'oreiller dans tout l'appart, sans toi pour me dire que je suis jolie quand je m'énerve, sans toi....

Ca vaut même plus le coup.

8 commentaires:

  1. Putain avec la musique en fond en même temps que je lisais l'article (là c'était pour préciser que je sais faire deux choses en même temps, contrairement à ce que ma mère a toujours prétendu) j'ai limite chouinouillé...
    Bonne chance pour tout ça (les dossiers, les exams, le stage, et...l'amûûûr!) mais franchement, Tindo' (voui c'est ton nouveau surnom, j'espère que tu l'aimes bien), vu comment c'est beau quand t'écris, bordel de merde, il est OBLIGé de continuer, ton couple! (oui je sais le rapport est très mince, mais c'que j'veux dire c'est que moi si ma copine m'écrivait des choses comme ça putain je la lacherais pas!!!)
    Je t'envoie plein d'ondes positives du sud de la france en espérant que ça t'apportera un peu de soleil parc'que même si wahou c'est trop trop beau c'que t'écris quand t'es un peu mélancolique, j'préfère quand t'écris des trucs drôles. J'préfère penser que Tindo' va bien.

    RépondreSupprimer
  2. J'crois que c'était pas question que Professeur Flaxou la quitte, c'était plutôt qu'il s'est trouvé un boulot et qu'elle le verra moins.
    Dans tous les cas, je vais mettre un commentaire très concis : j'aimerais bien devenir aussi cucul la praline que toi un jour. Parce que ça voudrait dire que je suis enfin amoureuse.
    Bon courage pour ces moments de séparation, tant que vous continuerez de vous aimer, tout ira bien.

    RépondreSupprimer
  3. chevelure-exquise, ta belle soeur la plus belle mazis toi aussi t'es belle.9 avril 2009 à 06:34

    Aha t'as vu cha, tes lecteurs te trouvent cucu la praline hihihi. Je t'assure que ça m'embete aussi qu'il revienne ici, il etait là avant et ilk a que fait nous embeter. Alors avec flo on lui a collé un post it dans le dos qui disait "j'aodre les sushis" et on a gribouillé des fotos d'identité de lui. EXPRES! et en plus il a dit que maitnenant il allait etre la TOUT LE TEMPS et qu'il allait nous embeter!!! Il a meme donné un exemple: "Je me mettrais entre vous dans le canapé".

    Alors je sais pas, montre lui tes seins, fais tout ce que tu peux mais garde le pres de toi!


    Je t'aime

    On se voit ce week end?

    RépondreSupprimer
  4. Mais il va oùùùù?!

    RépondreSupprimer
  5. En fait il va juste à Colmar (80 kilomètres de Strasbourg). Mais moi je suis obligée de rester à Strasbourg jusqu'à la fin de mes exams, qui sont jusqu'à ce que je parte pour deux mois. D'où la cul-cul-sité de l'article.

    RépondreSupprimer
  6. Bah, on te la pardonne la cul-cul-sité de l'article, ou si on te la pardonne pas, C'EST QU'ON EST GRAVE JALOUSE de tout cet amour couleur guimauve mal cuite (et là, j'hésite entre pardonner et pas pardonner).
    MAIS COMMENT TU FAIS POUR QU'UN ARTICLE COULEUR GUIMAUVE MAL CUITE soit si beau et bien écris ? Et puis monsieur Flaxou, si il s'en va, tu le tape. Et il a le devoir de s'arranger pour avoir une base aérienne et un hélicoptère à cinq minutes de chez lui, pour pouvoir te rejoindre IMMMMMMéDIATEMENT en cas d'apocalypse-zombiotique.

    Voilà, c'est tout ce que j'avais à dire. manger des pommes (et la soupe, c'est même pas bon, et mc Do, ILS ONT AUGMENTé LE CHEESBURGER D'aU MOINS PRESQUE 50%, c'est une honte.)

    8D

    RépondreSupprimer
  7. Vraiment réussi cet article !
    Tu vas où exactement à Londres? :)

    RépondreSupprimer
  8. "T'as oublié de penser que Strasbourg, d'abord, sans Sarah et Florent, c'était vachement moins marrant." ==> après cette lecture poétique et prenante, quel choc de me rendre compte avec cette phrase que tu ne t'adressais pas à moi (sic)(sob)(entrez une nouvelle onomatopée).

    RépondreSupprimer