lundi 12 janvier 2009



L'article est une réponse à celui-là.


Ah, Sarah, comme je te comprends.

Vivre sa vie à travers les livres, oh, oh, comme je comprends tout ça....


On dirait pas, hein ? On me voit aujourd'hui, et je lis des gros bouquins par des mecs morts congelés en Russie y'a trois cent ans, ou des bouquins à prix Nobel, et je dis ah mais ouais c'est le talent acharné de l'écrivain, la puissance des figures de style-an.


Mais c'est faux. Les livres que je lis aujourd'hui sont beaux, ciselés comme des bijoux, magnifiquement ouvragés, un délice de l'écriture travaillé au millimètre, calibré comme un diamant Cartier.


Mais ce n'est pas "Lolita" qui m'a fait aimer les livres, et ce ne sera pas "Guerre et Paix" qui marquera ma mémoire et ma vie à jamais.


Et j'en ai lu, des livres. J'ai toujours été une boulimique de savoir depuis toute petite, et pourtant, des centaines qui sont passés entre mes mains, je n'en garde qu'une poignée.

Mais ceux-là, ils me font des trous dans le ventre dès que j'y pense, ils me retournent les tripes, ils font bondir mon cœur.


"L'appel de la forêt". J'étais en pleine période Jack London, c'est normal, j'avais onze ans. Mais ce livre-là, c'est le premier qui m'a fait vraiment réfléchir, au-delà des mots. C'est le premier livre que j'ai lu d'un point de vue qui n'était plus tout à fait enfantin. Ce n'était plus seulement l'histoire du chien-loup qui m'intéressait, mais, au-delà, l'histoire de ses maîtres. C'est avec ce livre-là que j'ai enfin pu mettre des mots sur ce que j'avais ressenti pendant toute ma sixième. C'est ce livre qui m'a fait découvrir qu'il y avait une face sombre aux belles histoires.


"A la croisée des mondes". Ou la trilogie qui a bouleversé ma vie d'ado. Jamais je n'ai autant relu un livre. Je finissais le tome trois, j'essuyais mes larmes, je reprenais le tome un, et tout recommençais. Douze fois, entre treize et quinze ans, et j'aurais voulu que ça ne s'arrête jamais. Je lisais des heures durant, et, à force, je connaisais chaque mot à l'avance. Je les murmurais, je les projetais sur les murs de ma chambre, je tissais une toile d'incantations au coeur de laquelle je me nichais, et mon dieu, qu'est-ce que c'était bien.


J'ouvrais le livre et j'étais Lyra, j'avais un daemon près de moi, un être qui faisait partie de moi, et j'oubliais que je me détestais.


J'avais Will, ou la plus belle histoire d'amour qu'on puisse imaginer, et j'oubliais que je n'intéressais personne.


Et je n'étais jamais, jamais seule.


A l'époque, j'espérais tellement que lorsque le dernier chapitre allait arriver, la fin serait différente. Mais aujourd'hui, je réalise que c'est bien cette fin qui m'a fait accepter le fait que la vie ne va pas toujours dans le sens qu'on désire. Et huit ans après, en relisant le dernier tome, j'ai pleuré dans ma chambre de Moscou comme si j'étais encore Lyra, comme si c'était encore à moi que tout ça arrivait.


"Le Seigneur des Anneaux". Impossible de décrire le choc que j'ai eu en le lisant pour la première fois. L'impression que pendant des années, j'avais été debout dans une pièce sombre, et qu'on venait d'y tailler une fenêtre. L'impression que je pouvais partir en vacances, fuir la réalité dès que je le voulais, et me réfugier dans un monde où le choix était simple et où les alliés étaient puissants, où la lutte était inévitable, mais profondément juste.


"Fahrenheit 451". Juste après Orwell et Huxley, je pensais que ce ne serait rien de nouveau. Société totalitaire, monde contrôlé de partout, autodafés sur le barbecue.

Et puis non.

Et puis juste la plus grande claque depuis plusieurs années.

C'est l'un de ceux que je relis le plus volontiers, parce qu'on ne se rend même pas compte qu'on le lit. Les mots glissent comme des gouttes de pluie sur une vitre, et chaque phrase est comme un poème dans une grande oeuvre épique, un poème qui aurait écrit pour moi, et qui résonne au plus profond de mon ventre.

Si toutes les bibliothèques du monde devaient brûler, c'est celui-là que j'apprendrais par coeur, juste avant l'incendie.

Il y en a eu tellement d'autres qui m'ont ému, qui m'ont touché, qui ont fait résonner une corde que je ne savais pas là au fond de mon cœur.

Mais ces livres-là, ce sont ceux qui m'ont aidé à avancer, qui ont forgé mon caractère, qui m'ont appris des leçons. Je ne sais pas si j'aurais traversé la période du collège s'il n'y avait pas eu Lyra à mes côtés, et je ne sais pas si j'aurais jamais pu écrire quoi que ce soit s'il n'y avait pas eu "Fahrenheit" pour me dire que ce n'était pas stupide d'essayer.


Ces livres sont là pour qu'on vive ce qu'on n'ose pas vivre à travers eux. Mais non, Sarah, ma belle, ce n'est pas un leurre. C'est juste une manière de s'aider à grandir.


Et de s'aider à guérir.

13 commentaires:

  1. Je me souviens du premier livre qui m'a faite pleurer: "Le royaume de Kensuké", de Michael Morpugo. Je sais plus quel âge j'avais, mais, laisse tomber, je m'en souviendrais toute ma vie.

    RépondreSupprimer
  2. A la croisée des mondes...Pour moi aussi une énorme découverte adolescente...J'étais en camping, c'était l'été et il faisait 35 degré. J'ai découvert Lyra et Les Royaumes du Nord, et je l'ai lu en une journée et demie, je n'ai pas bougé de ce mobil-home pendant tout ce temps là si ce n'est pour m'alimenter un peu et dormir.

    Et puis vient le tome 2 et la rencontre avec Will, et puis le tome 3 qu'on ne veut pas voir se finir...Je n'ai pas aimé cette fin là. Moi aussi j'ai pleuré...Et pas qu'à la toute fin d'ailleurs, aujourd'hui encore j'ai du mal à lire la scène ou Lyra doit se séparer de Pan pour traverser..;. Cette sensation de mourir doucement...Alala^^

    Bref, vive les livres quoi ! :p

    RépondreSupprimer
  3. Moi, je pleure jamais en lisant un livre. Sauf qaund c'est trop gore. Je suis pas insensible, mais, même si tout livre lu me fait toujours un truc bizarre dans le ventre, j'en rêve même parfois la nuit c'est dire... ^^

    J'ai lu, aussi, à la croisée de mondes, et le seigneur des anneaux, et même Arthur et les minimoys (livre dont je me souviendrai toujours ~~). J'en ai surement lu moins que toi, mais j'ai 13 ans, aussi... Pour revenir à la croisée des mondes, j'ai vraiment aimé le premier, moins le deuxième, et le troisième, par contre. Je sais pas pourquoi, j'ai juste préféré l'histoire du premier.

    Bref, c'était la séquence, je raconte ma vie, merci, merci !

    En fait, j'en ai lu plein
    d'autres, mais bon, je vais pas déblatérer longtemps, hein !

    Bon bah en fait, tout ça pour dire que je comprends ce que tu veux dire dans cet article !

    Bonne continuation, bisous.

    RépondreSupprimer
  4. Fatherland : le livre qui m'a ouvert le monde de l'uchronie, noir, glauque, intelligent, terriblement réel pour une Histoire alternative.

    Le Mythe de Cthulhu et toutes les nouvelles de Lovercraft... L'univers cohérent et sombre des peurs de l'être humain, une réflexion sur l'âme humaine et sur la place de l'homme dans ce bas monde, une imagination sans limite qui touche juste... Honnêtement, avec tout le plaisir que j'ai à lire Edgar Poe, le frisson, l'excitation et l'euphorie - je n'exagère pas - que me procure Lovecraft vont encore au delà. La nouvelle qui m'a marqué au fer rouge : "Les Montagnes Hallucinés".

    RépondreSupprimer
  5. Si tu as aimé "A la croisée des mondes", Je te conseille "Autre-Monde" de Maxime Chattam que je lis en ce moment. Le résumé :

    "Personne ne l'a vue venir. La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge New York dans l'obscurité et l'effroi. D'étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, les palpent, à la recherche de leurs proies... Quand Matt et Tobias se sont éveillés, la Terre n'était plus la même. Désormais seuls, ils vont devoir s'organiser. Pour comprendre. Pour survivre... A cet Autre Monde "

    Bien sur l'histoire n'a rien à voir (on appellerait ça un plagiat sinon :O/) mais on retrouve plusieurs plusieurs des thèmes de cette saga, la quête de vérité, la lutte pour la survie,des créatures étranges (et pour toi la fan de zombies des "mutants" étranges. De plus les personnages sont vraiment attachants ! Et puis ne serait ce que parce que Matt est fan du Seigneur des Anneaux et qu'il se ballade avec l'épée d'Aragorn, ça vaut le coup d'essayer nan ? :p

    RépondreSupprimer
  6. PS : Les critiques en parlent comme d'un mélange entre "Sa Majesté des Mouches, Tolkien et les Goonies" moi c'est ça qui m'a donné envie :)

    RépondreSupprimer
  7. Salut :) A la croisée des mondes, c'est quelque chose... seulement j'ai pas le courage de le relire en connaissant la fin, cette fin. Mais t'as raison, elle ouvre les yeux, elle est réaliste. Will a été l'homme parfait de notre collège et Lyra celle qu'on voulait être. As tu lu "Il faut qu'on parle de Kévin" ? c'est pas du tout dans le genre fantastique mais j'ai trouvé ce livre bouleversant et vraiment très bien écrit, alors si jamais t'en a l'occasion... bonne journée et bonne lecture.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai envie d'écrire : " vous me faites chier, vous me faites pleurer avec vos mots si bien écrits", alors que, bon, je me rends compte qu'avant, j'étais une boulimique des livres, bds, notices d'utilisation, étiquettes de boîte de conserves, et que maintenant, c'est Internet qui a pris le pas sur les pages...

    RépondreSupprimer
  9. Ah au fait Cha, World War Z sera traduit en français en même temps que le "Guide de Survie en Territoire Zombie", mi février chez Calman Levy toujours ^^ Entspannend, oder nicht ? :p (voui je sais que tu le liras en anglais, mais pense comme ce savoir va pouvoir s'étendre en France, sans compter que World War Z va être adapté au cinéma pour mon plus grand plaisir )

    RépondreSupprimer
  10. A la croisée des mondes.... Je crois que c'estv un des livres que j'ai le plus relu, et un de ceux pour lesquels j'ai le plus pleuré.
    L'élégance du hérisson, aussi, si tu as l'occasion... (Muriel Barbery).
    C'est attachant, un bouquin...

    RépondreSupprimer
  11. Moi c'est pareil. J'vais pas faire une liste de livres qui m'ont construite parce que ce serait trop long et que ça n'intéresserait personne.

    J'voulais juste revenir sur un truc que t'as dit ; c'est à propos de Guerre et Paix. Je sais bien que tu n'as pas dit que c'était un livre qui ne provoquaient pas de profonds sentiments etc, mais vu l'endroit où tu l'as classé, j'avais simplement envie de dire que Guerre et Paix, pendant la semaine qu'il m'a fallu pour lire les deux tomes, ça a été toute ma vie.

    RépondreSupprimer
  12. Dis donc, c'est moi où y'a carrément plus d'articles, là ? JE VEUX DES ARTIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIICLES !!!

    RépondreSupprimer
  13. Aaaah si seulement je n'habitais pas dans le Sud-Ouest... Je serais venue te voir en rampant, te remerciant d'apprécier des livres qui m'ont marquée... Je ne parle pas du "Seigneur des anneaux" mais bien de "A la Croisée des Mondes" ( oui pour ce titre j'aime mettre des majuscules partout )... Lyra. Ma vie, ma joie, mes idées d'enfant athée sur c'est quoi la vie et surtout c'est quoi cette poussière que l'on voit lorsque un rayon de soleil traverse la chambre..toutes ces particules ( oui je peux aussi employer des mots scientifiques ) en suspension...j'appelais cela de la "poussière d'ange"...Comme quoi à 12 ans je n'avais pas encore intégré le monde réel... Et puis de toute façon pourquoi devrais appartenir à ce monde? Peut être que je viens d'un monde parallèles où l'on laisse les enfants s'inventer de belles histoires afin d'expliquer ce que sont toutes ces fabulations dont parlent les grands...
    Et puis "Farenheit 451"... Merde quoi!!! Un livre aussi merveilleux et si peu connu?? Et pourtant je suis en Lettres Modernes à la fac ( très pompeux ce titre honorifique )mais rien même pas une ébauche de sourire, une dilatation des pupilles à l'entente même de ce titre...
    Des fois je me dit que malgré tout Lyra avait bien de la chance de vivre sa vie avec son daemon...

    RépondreSupprimer